Historique

Du Ban de Longchamp à Rupt sur Moselle

Les territoires respectifs des communes de Rupt sur Moselle, Dommartin les Remiremont, Ferdrupt et Vecoux constituaient autrefois le Ban de Longchamp qui a disparu au début de la révolution.
De nombreux villages et hameaux étaient disséminés à travers cette vaste circonscription administrative, notamment dans la vallée de la Moselle, zone de passage très fréquentée depuis l'époque romaine.
Les hameaux de Remanvillers, Xoarupt, Longchamp, La Roche, La Dermanville, Lette, Rupt, le Dessus de Rupt, Maxonchamp, Lépange faisaient partie de la Paroisse Saint Étienne de Rupt.
Les villages de Vecoux, la Poirie, Reherrey, Franould étaient situés dans la paroisse de Dommartin.

Les chapelles Sainte-Croix et Saint-Jean du Saint-Mont, dessin de Cl. Vuillemin, avant 1746 (Remiremont, Bibliothèque municipale, ms. 48)

Les chapelles Sainte-Croix et Saint-Jean du Saint-Mont, dessin de Cl. Vuillemin, avant 1746 (Remiremont, Bibliothèque municipale, ms. 48)

Le ban de Longchamp voit le jour vers le milieu du 7ème siècle, peu de temps après la fondation d'un monastère de femmes et d'hommes, créé vers 620 au sommet du Mont Habend, nommé plus tard le Saint Mont.

Dès le 7ème siècle, une chapelle dédiée à Saint Étienne est érigée à droite de la vallée de la Moselle, au pied de la montagne Bellus avec le cimetière clos qui l'entourait « l'aître ». C'était là que la population se réfugiait en cas d'attaques, et se rassemblait pour prendre connaissance des décisions seigneuriales.

Les Seigneurs séjournent parfois dans la région au cours de cette époque lointaine. Leur arrivée coïncide avec l'automne, la saison des chasses. Les chroniqueurs contemporains notent avec soin les déplacements.
Ils nous apprennent que Charlemagne est l'hôte de l'abbaye de Remiremont en 805.


Cliquez sur la carte pour la télécharger en format acrobat reader (2,4 Mo)

Les Seigneurs du Ban de Longchamp

Les 10 et 11ème siècles sont marqués par l'arrivée de la Maison de Lorraine dans la haute vallée de la Moselle. En devenant Duc de Lorraine en 1048, Gérard dit d'Alsace devient comte de Remiremont et de ce fait il entre en possession de la moitié des biens de l'abbaye. Ce qui deviendra plus tard la commune de Rupt en fait partie.
Le souverain Lorrain confie bientôt la sous-avouerie, c'est à dire la protection – par la force si besoin est – de ce territoire, à des familles de chevalerie : les Villacourt, avoués des Vosges jusqu'au début du 13ème siècle, puis les Riste descendant des comtes de Lunéville, les Savigny et les Faucogney apparentés au Roi de France, notamment la rive gauche de la Moselle, sauf Longchamp.
Les biens possédés par ces familles dans la vallée de la Moselle constituent autant de seigneuries gouvernées chacune par un Maire. Au dessus de ce dernier règne le grand Maire du Ban de Longchamp, assisté d'un syndic et d'un forestier.
La forêt est en effet la principale richesse des habitants du ban ; ils en ont besoin pour vivre. Dans les bois, dits rapailles, ils essartent, c'est à dire qu'ils brûlent certains cantons ; ils cultivent ensuite cette terre durant 3 ans, puis ils la laissent se reposer 12 ans. Ils paient des impôts au Duc de Lorraine et à l'abbesse de Remiremont : tailles, dîmes etc… À ceux-ci s'ajoute bientôt la dîme des pommes de terre cultivées dans notre vallée dès la fin du 16ème siècle.

Les guerres ravagent le Ban de Longchamp de 1630 la fin du 17ème siècle.
La peste décime la population. Le pays ne retrouve son calme qu'à partir de l'avènement du Duc Léopold sur le trône de Lorraine en 1698.
Cette eau généreuse qui dévalait la montagne a permis d'établir des moulins. Les moulins du Ban de Longchamp appartenaient aux différents seigneurs de cette circonscription, tous les particuliers sont tenus d'y faire moudre leurs grains, sous peine d'amende. Cette obligation se nomme banalité. Les Moulins sont accensés à des particuliers, à charge de les entretenir et de les reconstruire le cas échéant.
En 1794, on dénombre 2 moulins à Lépange, 1 à Maxonchamp, 3 à Rupt, 2 à Saulx, 1 à Grandrupt, 1 à Xoarupt.
Cette force hydraulique a été aussi à l'origine au début du 19ème, de féculerie avant un relais pris par les nombreuses filatures implantées.

Léopold de Lorraine

La Révolution met fin au ban de Longchamp

La Révolution est tout d'abord bien accueillie à Rupt qui vient de prendre ce nom lors de l'établissement de la commune en 1789. La situation se dégrade au cours des années suivantes et une émeute secoue le pays à la fin de 1792. En 1795, le culte est rétabli. La population, qui paie un lourd tribut au cours des guerres de la Révolution et de l'empire.
Au 19ème siècle, comme dans tout le département des Vosges, le textile s'implante dans la vallée de la Moselle.
Les usines du Pont de Lette et des Meix sont fondées en 1837 par les frères Forel. Le tissage de Saulx fonctionne alors depuis 4 ans. D'autres manufactures voient le jour un peu plus tard. En 1845, la commune possède 10 % du potentiel de production du département, soit 22 000 broches et 900 métiers à tisser mécaniques. Par voie de conséquence, la population s'accroît à tel point que, de 1862 à 1864, il sera nécessaire de reconstruire l'église devenue trop petite.
Le 20ème siècle a vu Rupt sur Moselle se transformer, tant au niveau paysager, industriel que dans les transports, les équipements, la formation, les emplois.

Rupt sur Moselle aujourd'hui

Rupt sur Moselle, ville de moyenne montagne, à la configuration d'une vallée bordée par 2 flancs montagneux qui culminent à 900 mètres. En fond de vallée se côtoient, sur une longueur de 10 km : la Moselle et la RN66.

Ouverte sur la Franche-Comté par le col du Mont de Fourche et vers l'Alsace par le col de Bussang, Rupt sur Moselle fait partie du Parc des Ballons des Vosges.
Sur cette étendue, la commune englobe une agglomération centrale et 5 hameaux en périphérie. Aujourd'hui Rupt sur Moselle est une petite ville industrielle de 3 645 habitants avec plus de 900 emplois : (textile, plasturgie, équipement automobile, menuiserie, métallurgie.) L'agriculture est encore très présente en production laitière et transformation du lait à la ferme en divers fabrications de fromages.

Grâce à ses hôtels, son camping et ses gîtes Rupt sur Moselle accueille tout au long des saisons des vacanciers.
Avec ses 100 km de sentiers balisés et maintenant la voie verte, ( sur l'emplacement de l'ancienne voie ferrée) elle offre aux randonneurs à pied, vélo, roller, de jolis circuits de promenade. Des chalets en forêt sont ouverts à tous.
Avec ses équipements culturels, sociaux, sportifs, la commune de Rupt sur Moselle se veut Accueillante, Ouverte et Dynamique.