L'Église Saint-Étienne de Rupt sur Moselle et son Orgue

La fondation de la Paroisse de Rupt sur Moselle remonte probablement au 7ème siècle après l’établissement d’un monastère au sommet du Saint Mont. À cette époque, une chapelle fut édifiée à l’emplacement de l’église actuelle, sous le nom de « Parrochaige de Sainct Estene de Lonchamp » ; cet édifice religieux, avec le cimetière clos de murs, devaient servir de refuge en cas d’attaque, les habitants s’y rassemblent pour tenir compte des décisions seigneuriales. Mais, c’est en 1738 que fût construite la première église de Rupt sur Moselle.

Mais, au milieu du siècle dernier, devenue trop petite pour accueillir les paroissiens, il a été décidé de l’agrandir en 1846 (Rupt sur Moselle comptait 4 390 habitants). L’ancienne église avait 360 m², celle qui fût construite, donc l’actuelle, a 927 m². Il fût décidé, à cette époque, de démolir le chœur et la nef datant du 18ème siècle, mais le clocher et sa base seront conservés ; cette partie de l’édifice affirme la valeur historique de l’église ; une précision qui mérite d’être relevée.


Saint Etienne patron de l'église

Les nombreuses sculptures qui se trouvent sur les piliers (plus de 200) ont été réalisées par un jeune sculpteur ruppéen : Jean-Baptiste Rouillon ; la rue du même nom est celle où il habitait. Le chantier fût rondement mené ; décidé en 1862, ce nouvel édifice était terminé deux ans plus tard et a été consacré le 29 août 1864 en présence de Monseigneur Caverot Evêque, et du baron de la Gueromière, Préfet des Vosges. Mais après cet agrandissement de l’Eglise, l’orgue a été considéré comme trop petit pour le nouvel édifice.

Alors, après bien des débats, en 1876, le Conseil de fabrique, en accord avec le Maire et les notables, ont donc décidé de procéder à l’installation d’un nouvel orgue. Une consultation des spécialistes eu lieu, c’est le facteur d’orgue Charles Didier, vosgien d’origine, mais installé à Luxeuil les Bains, qui s’est vu confier cette mission, pour une somme qui ne devait pas dépasser 12 600 F. Le Conseil de fabrique se montra, à l’époque, très exigent, et voulu toutes les factures ; malgré cela, la dépense totale se monta à 13 900 F., soit plus de 10 % de dépassement. Ce nouvel orgue fût inauguré le 5 août 1877, par Charles Gaspard, organiste de l’Eglise Saint Jacques de Lunéville. En 1929, fût installé le chauffage central dans l’église, payé par les paroissiens. Dans les années 1931-1932, Jacques Voeuglé fit une révision de l’orgue et ajouta à l’instrument un ventilateur électrique pour la somme de 13 310 F. Mais la guerre 39-45 passa par là et fit subir des dégâts à l’Eglise, et l’orgue ne fût pas totalement épargné.

Aussi, en 1948, avec les indemnités de dommages de guerre, l’instrument fût réparé par l’entreprise Boëttlinger pour la somme de 1116 000 F. Puis, dans les années 60, un Pasteur trop confiant a laissé, à quelques bénévoles, l’initiative de travaux de rénovation mais, hélas, leur bonne volonté n’avait d’égal que leur incompétence, et le chantier resta en panne, ainsi que l’orgue, muet depuis cette époque. Aussi, en 1980, lors des travaux de réfection intérieure de l’église, il a été découvert un instrument en piteux état n’étant plus susceptible de fonctionner. Aussi, avant le passage des entreprises maçonnerie-plâtrerie-peinture, il a été demandé au facteur d’orgues Gonzales de Rambervillers de procéder au démontage de l’instrument et de le stocker dans la perspective d’une rénovation ultérieure. Les années passaient, on pouvait penser que l’orgue était oublié. A la fin des années 80, Monsieur Lutz, chargé de mission, a fait l’inventaire des orgues de Lorraine.

Cet ouvrage permit de retrouver toute la valeur patrimoniale de l’orgue de l’Eglise de Rupt sur Moselle. Le Conseil Municipal prit la décision de le rénover, par délibération en date du 6 octobre 1995. Dans cette perspective et dans les formes réglementaires, un appel de candidatures a été lancé : 14 candidats de tout l’hexagone ont répondu, 8 ont été retenus pour concourir à partir d’un cahier des charges établi par Monsieur Lutz. C’est l’entreprise Aubertin de Courtefontaine dans le Jura, qui a été déclaré adjudicataire par la Commission d’ouverture des plis. Monsieur Aubertin est un artiste, passionné de musique, dont l’audience est internationale, puisque son entreprise a construit et rénové des orgues pour des églises du Japon détruites par les tremblements de terre. Il a également rénové des orgues dans des églises allemandes, espagnoles, portugaises, et de nombreuses en France. Depuis plus d’une année, l’orgue de Rupt sur Moselle était en pièces détachées, à la manufacture d’orgues de Courtefontaine. Un véritable puzzle, chaque élément a été vérifié, reposé ou remplacé avant assemblage à l’atelier, et démontage pour le retour à Rupt sur Moselle. Il a été réinstallé en décembre 1997, et les premières notes de l’instrument ont résonné dans l’Eglise avant la messe de Minuit, avec, au clavier Mickaël Parisot, professeur d’orgue à l’école Intercommunale de musique des deux vallées.

Pour en savoir plus, consultez le site http://vosges.orgues.free.fr